Accueil > Vebego vitalise le travail et les soins

L’employabilité durable en tant que modèle économique social

     

Tout le monde a droit à un travail qui a du sens. Un travail dans lequel vous recevez une reconnaissance pour votre contribution importante, dans lequel vous vous développez et grâce auquel vous êtes aussi sain et heureux que possible, tant dans le domaine privé que professionnel. Réaliser un travail qui a du sens est toujours difficile. Surtout pour les personnes souffrant d’un handicap mental ou physique. C’est pourquoi l’employabilité durable de ce groupe est si importante pour Vebego.

L’employabilité durable en quelques mots

L’employabilité durable repose sur une relation saine, agréable et surtout à long terme avec les collaborateurs. Un de ses éléments importants est le travail qui a du sens. Un travail qui offre un sens et un espace pour le développement. Mais une personne est beaucoup plus qu’un simple collaborateur. C’est pourquoi l’employabilité durable contribue également à une vie privée saine. Par exemple avec l’assistance de dettes. Cela profite à tous, car l’employabilité durable assure également moins d’absentéisme et une plus grande productivité du travail.

Optimiser et inspirer

Dans le cadre des ambitions d’impact de Vebego, dont a parlé Annette van Waning, manager Responsabilité sociale des entreprises et Impact, dans le précédent rapport annuel, Vebego mesure et augmente en permanence l’impact des efforts dans le domaine de l’employabilité durable et du travail qui a du sens. Avec ces idées, Vebego veut inspirer d’autres parties pour tirer le meilleur parti de l’employabilité durable.

Dans un entretien avec Bas Wijbenga, directeur de la stratégie de l’une des divisions Vebego, Annette revient sur les développements dans le domaine de l’employabilité durable des travailleurs handicapés l’année précédente. Annette : « Quelle est votre principale préoccupation ? De nombreuses municipalités ne parviennent pas à placer les travailleurs handicapés de manière durable et à se conformer à l’accord d’emplois de la Loi de participation. » Cela a conduit, entre autres, au fait que le système de quotas obligatoires pour les clients publics a maintenant vraiment commencé, avec toutes les amendes que cela implique.

Si elle est correctement organisée, l’employabilité durable n’est pas une charité, mais un modèle économique social qui profite à tous

« Cela tout en ayant beaucoup de travail qui peut être parfaitement réalisé par ce groupe cible », poursuit Annette. « De l’aménagement paysager au nettoyage, du travail administratif aux services facilitaires. Les mêmes municipalités se plaignent qu’il n’y a pas assez d’argent pour offrir aux personnes handicapées un emploi dans une entreprise de travail adapté (atelier protégé). À tort. Si elle est correctement organisée, l’employabilité durable n’est pas une charité, mais un modèle économique social qui profite à tous. »

Bas approuve : « De plus en plus de nos entreprises sont des entreprises sociales : des entreprises qui intègrent des objectifs sociaux et financiers. Les rendements financiers nous permettent de réaliser un impact social, par exemple en améliorant notre employabilité durable. »

Des années de pratique

« Durable est le mot clé dans employabilité durable », explique Annette. « Nous nous posons encore trop souvent la question de savoir si nous ne pouvons pas “simplement placer quelques travailleurs handicapés”. Alors que la stabilité et la continuité sont très importantes pour ce groupe cible. » Bas est du même avis : « Nous sommes actifs depuis plus de dix ans dans le domaine de l’employabilité durable avec ce groupe cible spécial. Grâce à cette expérience et aux recherches que nous effectuons, par exemple Travail Significatif, un sondage sur la satisfaction des employés pour voir comment les gens vivent le travail, nous avons une bonne idée des besoins des travailleurs handicapés. »

Les employeurs classiques ne sont tout simplement pas prêts pour le soutien intensif dont ont besoin les travailleurs handicapés

Par exemple, nous ne pensons pas que les travailleurs handicapés peuvent être facilement engagés par des employeurs classiques », déclare Annette avec conviction. « Ils ne sont tout simplement pas préparés pour le soutien intensif dont ces employés ont besoin. »

Un stage pour les travailleurs handicapés

Selon Bas, il est important de regarder ce que les gens sont capables de bien faire : « Nous recherchons leurs talents. Nous recherchons ensuite des tâches et des fonctions adaptées. L’un des facteurs de succès sont les équipes mixtes d’employés réguliers et de travailleurs handicapés. Les personnes pour lesquelles le travail classique ne va pas de soi peuvent toujours accomplir un travail qui a du sens avec un programme de formation spécifique, un encadrement et une orientation appropriée. » Annette ajoute : « Avec nos systèmes testés, nous créons un aperçu de la capacité, du potentiel de développement et des perspectives de croissance de tous nos collaborateurs. En raison de la grande échelle sur laquelle nous opérons et de la variété des branches dans lesquelles nous opérons, nous trouvons ou créons facilement des fonctions adaptées. »

Bien sûr, nous regardons les limites de chacun, mais nous avançons rapidement avec ce qu’il peut faire correctement

« Comparez notre modèle économique avec une sorte de stage. Nous investissons dans le développement de chacun. Cela va bien au-delà d’une formation professionnelle appropriée », explique Bas. « Bien sûr, nous regardons les limites de chacun, mais nous avançons rapidement avec ce qu’il peut faire correctement. À quel point quelqu’un a-t-il besoin d’encadrement, aime-t-il travailler dans un environnement très calme, ou a-t-il besoin de contact social ? »

Annette ajoute : « Les travailleurs handicapés qui réintègrent le marché du travail ont souvent besoin d’un accompagnement très pratique. Par exemple, une aide pour créer un bon rythme de travail. Le soutien dans leur vie privée les aide également à tirer le meilleur d’eux-mêmes. »

Ce que la pratique nous montre

Bas a personnellement expérimenté l’efficacité de cette pratique. « J’ai travaillé avec une femme qui avait une incapacité de travail de 40 %. Une femme intelligente qui était incapable de travailler avec un employeur classique à cause d’une psychose. Nous avons recherché ce qui lui conviendrait et avons trouvé la facturation manuelle. Elle n’était pas bonne dans des situations de stimulation ou de pression, alors nous lui avons donné un lieu de travail tranquille et nous avons livré les factures en petits paquets. Eh bien, cette dame avait une aptitude au travail de 100 % dans notre entreprise. »

Les gens se sentent utiles et ont la chance de gagner leurs propres revenus. L’effet du travail est tellement positif

Un exemple parfait de l’impact de la personnalisation, selon Annette : « Et certainement pas le seul. Notre recherche qualitative montre que grâce à notre méthode, les gens sortent de leur isolement social. Les gens se sentent utiles et ont la chance de gagner leurs propres revenus. L’effet du travail est tellement positif. Nous l’entendons partout : l’impact de notre approche sur leur vie est une meilleure estime d’eux-mêmes et une vie sociale plus riche, mais aussi plus de paix financière et d’indépendance. » Les clients en profitent également, explique Bas : « Avec nos services, nous aidons nos clients à donner corps à l’entrepreneuriat social. Certes, pour les clients qui doivent se conformer à l’obligation de quota, nous remplissons un rôle essentiel pour assurer leur employabilité durable. »

Le Rapport annuel 2017 de Vebego International N.V. est établi en langue néerlandaise. Le présent document est une traduction en français. Malgré tout le soin apporté à la présente traduction, celle-ci n'est pas le document officiel. Aucun droit ne peut dès lors en être excipé.