Accueil > Vebego vitalise le travail et les soins

Vebego insiste sur l’urgence de la prévention des infections

     

La sécurité des patients lors de soins de longue durée doit être améliorée

Chaque année, au moins 2 000* personnes aux Pays-Bas meurent prématurément des suites d’une infection nosocomiale. À titre de comparaison : environ 600 personnes meurent chaque année dans des accidents de la route aux Pays-Bas.

Les chiffres mettent l’importance d’une politique réfléchie de prévention des infections dans une perspective plus large. « C’est un sujet qui mérite toute notre attention », explique Rita Brouwer, responsable de Kenniscentrum Alpheios. Parce que les maladies infectieuses coûtent un milliard d’euros à la société. « Sans compter vos résultats en tant que prestataire de soins, quand les lits doivent être remplis, en cas d’évacuation en raison d’une infection, et que vous avez une analyse de rentabilité plus que solide. »

Rita : « Notre enquête de l’année dernière montre que la prévention est trop technique, en termes de conseils et de protocoles, élaborés par de nombreux experts en prévention des infections et des consultants. Ce qui manque - et là où nous faisons vraiment la différence - c’est de traduire cela en méthodes de travail pratiques et comportements efficaces. Et que cela soit accepté par les nettoyeurs, les médecins et le Conseil d’administration, les invités et les visiteurs. Nous traduisons cela, entre autres, en combinant nos connaissances avec celles, par exemple, de Hago Zorg. »

Ce n’est plus piloté par quelques-uns, mais par tout le monde - du Conseil d’administration à l’atelier et aux fournisseurs

La conscience doit s’étendre

« En tant que visiteur d’un producteur alimentaire ou d’une entreprise de haute technologie, vous devez prendre toutes sortes de mesures préventives avant de pouvoir entrer : mettre des bottes, une cape, un bonnet. Alors que vous entrez facilement dans un hôpital de soins intensifs, avec des enfants qui jouent dans la fosse aux ballons. N’est-ce pas étrange ? Et dans les soins de longue durée, la situation est encore plus urgente, car les organisations veulent offrir aux résidents une atmosphère accueillante et non stérile. Bien que cela ne soit pas vraiment incompatible avec la prévention des infections. Pas moins de 80 % de toutes les infections peuvent être combattues. C’est avant tout la sensibilisation et le changement de comportement qui sont nécessaires. »

Se professionnaliser pour la sécurité des patients

Mais comment changer son comportement ? Rita : « Commençons par le début. Résoudre des épidémies, fournir des conseils, rédiger un plan, créer un soutien, fournir une formation, mettre en œuvre une communication plus intelligente, exécuter des mesures (intelligentes) avant et après, et mettre en œuvre des améliorations. Et tout le monde doit les mettre en œuvre.

La professionnalisation est nécessaire. Et Alpheios n’est pas le seul à le penser. L’Inspection de la Santé et de la Jeunesse surveille également activement cela. Je suppose que tout le monde est convaincu que c’est important. Comment y arriver ? Si vous me demandez ? En prenant le train en marche. Ensemble, nous nous assurons que le séjour dans un établissement de soins sera plus sûr sur tous les fronts que le chemin pour y arriver. »

* Les estimations varient : de 1 000 (selon les enquêtes hollandaises en 2008) à 3 000 (selon les enquêtes belges en 2016).

Le Rapport annuel 2017 de Vebego International N.V. est établi en langue néerlandaise. Le présent document est une traduction en français. Malgré tout le soin apporté à la présente traduction, celle-ci n'est pas le document officiel. Aucun droit ne peut dès lors en être excipé.